Organisme de Transformation des Entreprises et Collectivités - PARIS - SAINT-ETIENNE

09 72 62 50 51

Contact

Partenaire de vos potentiels

XL GROUP

1434472804

16
décembre

INTERVIEW
Dominique VILLEMAGNE, Directrice de clientèle XL GROUP

IMG_2524

L’action déployée chez XL GROUP en quelques mots…

PROCESSUS mène chez XL GROUP, une action de transformation qui a démarré en 2014 et qui a pour objectif de conduire le changement. Le secteur de la communication globale subissant une crise violente, Arnaud CABAL, président du groupe a redessiné l’ensemble de la stratégie. L’objectif est d’accompagner la mise en œuvre de celles-ci. Nous avons interviewé Dominique VILLEMAGNE sur le thème de la confiance.


 

Qu’est-ce que veut dire pour vous la notion de confiance ?

Dominique VILLEMAGNE: « Je décline la notion de confiance en trois : la confiance en soi, la confiance en l’autre, la confiance en l’avenir »

Pouvez-vous nous expliquer ce que chacun de ces trois axes de confiance évoque pour vous ?

Dominique VILLEMAGNE: « A mon sens, avoir confiance en soi est pour partie « inné ». On peut bien entendu travailler dessus, évoluer mais au départ, on l’a en nous ou pas.
La confiance en l’autre, c’est croire en l’autre. Croire en l’autre, c’est accepter ce qu’il est. Accepter ce qu’il est, c’est le respecter. 

La confiance en l’avenir me parait être une chose sur laquelle on n’a que peu de maîtrise. Aussi, la confiance en l’avenir est conditionnée par l’optimisme ou son contraire, le pessimisme. »

Chez XL Group, l’entreprise dans laquelle vous travaillez en tant que Directrice de clientèle, PROCESSUS mène à vos côtés depuis plus d’un an une opération de transformation. Si vous deviez résumer le travail effectué jusqu’ici, que diriez-vous ?

Dominique VILLEMAGNE: « Si je devais choisir un chantier parmi tous ceux qui ont été lancés chez XL, ce serait celui des règles d’or. Ce travail de co-construction des « règles d’or du suivi client idéal » a été extrêmement bénéfique.  Avant, lorsqu’un collègue n’avait pas le comportement que l’on considérait être « le bon », on se disait : « il ne le fait pas parce qu’il n’a pas les compétences, pas le temps, pas les capacités … ». Maintenant que les process’ sont écrits, et que l’on s’est engagés à les respecter, il n’y a plus de zone de stress, on est sereins. On a confiance.

On est tous différents.
On fonctionne différemment.

On pense différemment.
On travaille différemment.
On attache de l’importance à certains détails quand d’autres personnes prêtent une grande attention à d’autres détails.

C’est ce qui fait la richesse du travail en équipe.

Mais quand on ne connait pas ses collègues, quand on ne les comprend pas, quand on reste centrés sur sa manière de faire, on attend des autres qu’ils travaillent comme nous, pensent comme nous, agissent et réagissent comme nous. A tort je crois.  Avant, travailler en binôme et plus généralement en équipe, pouvait être une tâche très compliquée, voir « mission impossible ». Maintenant, on sent qu’on ne travaille pas tout seuls, pas les uns contre les autres, on travaille à plusieurs pour servir le client. »

Dans un contexte professionnel et de travail en équipe, chacun doit « faire confiance » et « gagner la confiance ». Est-ce chose facile aujourd’hui ? Commentez

Dominique VILLEMAGNE: « Moi je suis « speed », inquiète, perfectionniste… Mon binôme fonctionne différemment. Cela provoquait chez moi une grande inquiétude et de fait, je lui faisais subir une grosse pression. Dans les deux cas, nos attitudes étaient néfastes pour le travail. Au travers du travail mené avec Maria, nous avons découvert nos modes de fonctionnement, nous les avons acceptés et enfin, nous avons appris à travailler avec. »

Nos agréments